19/05/18

On parle d'Aventures chez les transhumanistes dans Télérama.

« "À supposer que la vie ait la moindre signification, j'ai tendance à penser qu'elle est essentiellement liée à notre condition animale, à la naissance, à la reproduction, et à la mort", confie le journaliste et essayiste irlandais Mark O

17/05/18

Recension d'Aventures chez les transhumanistes sur le site de Mediapart.

« Ils ont beau être impayables, ils mobilisent des capitaux énormes, les transhumanistes sont légions, et pourtant fort singuliers, le journaliste irlandais Mark O’Connell les a rencontrés, il a retenu son sourire, mais l’a glissé en

17/05/18

Un bel article sur I'm Your Man dans Le Monde des Livres.

« Le chanteur et poète canadien Leonard Cohen a suscité, dans la dernière décennie de son existence, une floraison bibliographique, avec au moins une dizaine de biographies, essais et exégèses publiés. [...] Enfin traduite, la biographie de

15/05/18

Recension du livre Aux origines de la décroissance dans Alternatives économiques.

« Dans les pays riches, on discute de la répartition des fruits de la croissance, mais aussi des « dégâts du progrès », avec l’apparition des courants écologiques et de la décroissance comme le montre si bien un livre récent (Aux origines

10/05/18

Jacques Baujard, directeur de la collection « Lampe-tempête », nous parle d'Istrati dans l'émission « La danse des mots » sur RFI.

04/05/18

Recension de I'm Your Man par Laurent Lemire dans Livres Hebdo.

« Écrivain, compositeur, interprète, moine bouddhiste, Leonard Cohen (1934-2016) fut surtout poète et homme à femmes jusqu’à l’excès. Il les séduisait avec cette voix du dépressif qui oscille entre la prière et la lamentation. Il y a tout

29/04/18

Recension d'Aventures chez les transhumanistes à découvrir dans Les Inrocks.

26/04/18

Recension de Quilombos dans Le Figaro.

« Parmi les monuments qui perpétuent la mémoire afro-brésilienne de l’esclavage, une statue de Zumbi a été érigée dans le centre de Rio de Janeiro, à proximité de la Praça Onze. Héros résistant du quilombo de Palmares, en plein coeur du

21/04/18

Article de Mark Hunyadi dans Le Temps.

« Le journaliste Mark O’Connell sonde la fascination des mortels pour l’éternité radieuse promise par les nouvelles technologies. Son reportage en immersion auprès d’apprentis sorciers 4.0. vaut mille analyses sur le sujet. »

Pour lire l

19/04/18

Recension par Antonin Padovani dans Up le Mag.

Le transhumanisme, le mouvement international prônant l’ouverture du corps humain au potentiel infini des nouvelles technologies, existerait de fait. C’est en tout cas ce que tente de prouver le journaliste et essayiste irlandais Mark O

04/04/18

Recension du Sens des limites et interview de Renaud Garcia dans La Décroissance.

« Renaud Garcia, professeur de philosophie, vient de publier un livre dont le titre devrait parler aux partisans de la décroissance : Le Sens des limites. Contre l'abstraction capitaliste. Il pose une question essentielle à notre époque de

02/04/18

Le Refus d'obéissance dans le numéro d'avril de la revue S!lence.

« Gloire littéraire et autorité morale mondialement reconnue, Tolstoï est aussi, durant les 30 dernières années de sa vie (il meurt en 1910), un penseur politique constamment censuré. Les éditions L'Échappée ont la bonne idée de rééditer

09/03/18

Présentation du Socialisme sauvage de Charles Reeve dans le numéro de mars de CQFD.

« Un beau titre (et un sous-titre explicite) pour retracer deux siècles de mouvements en butte aux courants autoritaires. [...] Pour concocter ce livre extrêmement dense, l’auteur a ainsi passé quatre ans à éplucher sa bibliothèque et

07/03/18

Entretien de Claire Richard dans l'émission de radio « Les Oreilles Loin du Front »

02/03/18

Présentation du livre Quilombos par le traducteur Georges Da Costa dans l'émission « RFI Convida ».

Pour écouter (ou réécouter) l'émission en portugais : http://br.rfi.fr/cultura/20180302-rfi-convida-livro-mocambos-e-quilombos

28/02/18

Recension sur le site de la revue Ballast

« 2017 voyait les 20 ans de la disparition de Cornelius Castoriadis. Et pourtant, la pensée politique de cet inclassable qui sut ne tomber dans aucun des pièges tendus par le vingtième siècle reste encore mal connue au-delà des cercles

08/02/18

Un article sur Neel Doff paru dans Les Lettres françaises.

« C’est en 1911 que parut Jours de famine et de détresse, le premier livre de Neel Doff. L’auteure, alors âgée de 51 ans, était l’épouse respectable d’un avocat d’Antwerp après avoir été la veuve de Fernand Brouez, éditeur de La Société

05/02/18

Texte de Jean-Claude Leroy à lire sur le site de Mediapart.

« Puisque, comme on a pu le lire sur certains murs de nos villes il n’y a pas bien longtemps, une autre fin du monde est possible, voyons comment d’autres devenirs ont déjà été dessinés, esquissés, désirés lors des mouvements

01/02/18

Une recension d'On achève bien les éleveurs à découvrir dans le dernier numéro de La Décroissance.

« La fin des paysans, cela fait des décennies que des essayistes la déplorent. Si on veut un tant soit peu la contrecarrer, il va bien falloir s'atteler à une critique radicale de ce qui la provoque : la société industrielle. C'est ce que

21/01/18

Claire Richard dans l'émission « La Fabrique de l'Histoire »
sur France Culture.

« Une nouvelle semaine pour réfléchir à l'histoire des Noirs américains. Ce matin il sera question des représentations dans l'art du XVIIIème et XIXème siècle ainsi que des Young Lords, mouvement latino américain inspiré des batailles des

09/01/18

Une recension de Vive les décroissants par Pascal Fioretto dans Fluide glacial.

« Voici enfin réuni en un seul volume tout ce qu'il faut savoir sur l'éco-tartufferie triomphante. »

03/01/18

Une belle recension d'Émilien Bernard sur les Young Lords dans les colonnes du Canard enchaîné.

« Pendant quelques années, [...] les Young Lords font feu de tout bois. D'abord focalisés sur l'indépendance de Porto Rico (dont la plupart sont originaires), ils plongent vite dans le cambouis social. Après l'"offensive des poubelles", ils

01/01/18

Un article d'Alexis Brocas sur Le Refus d'obéissance
dans Le Nouveau Magazine Littéraire de janvier.

« Coup de tonnerre sans précédent dans le ciel de la pensée, Discours de la servitude volontaire ne fut pas sans postérité : plus de trois siècle après sa rédaction, on en retrouve des pans entiers dans la doctrine de Tolstoï. Plus

12/12/17

Un article sur Nicholas Carr dans Philosophie Magazine.

« L'auteur montre, études à l'appui, comment l'abandon progressif de l'usage des sens engourdit l'esprit, abaisse la réactivité, érode mes compétences. Ou comment l'écran lisse de l'ordinateur, qui convertit l'empreinte sensorielle du monde

11/12/17

La chronique de Jean-François Carrite sur Vive les décroissants dans Psikopat.

« Les décroissants, ces êtres étranges dont on a parfois du mal à saisir les contours. Parfois caricaturaux, surtout caricaturés, un peu mystiques, un peu missionnaires, ils ont choisi de mettre en pratique leurs pensées. Bien évidemment, c

04/12/17

Un touchant hommage rendu à Neel Doff dans Le Télégramme.

« Ce livre, parfait exemple de la qualité (trop méconnue) de la littérature prolétarienne, a frôlé le Goncourt en 1911. Il a ouvert à son auteur une voie d’écriture discrète mais passionnante, balisée de plusieurs titres. Voila réédité un

03/12/17

Clémentine Delait dans le mensuel belge Axelle.

« Ce texte tendre, initialement publié en 1969 et rédigé d’après les confidences de ses proches et de Fernande, sa fille tant aimée, tranche avec les catégories si hermétiques de notre monde actuel, nous qui nous targuons d’être plus

01/12/17

Grand entretien de Nicholas Carr.

À lire dans le numéro de décembre du magazine Books.

23/11/17

Une longue recension de Remplacer l'humain dans La Vie.

« À méditer avant de commander votre Google Car. »

16/11/17

On parle de Vive les décroissants dans dBD Magazine.

« Avec ses cheveux filasse qui lui tombent toujours dans les yeux, Stef est une sorte de super loser de la décroissance. Il ne manque pas d’idées débiles pour sauver notre planète. Toujours plus écolo que les écologistes dans la théorie, il

09/11/17

Clémentine Delait se raconte dans Le Monde des Livres.

« Loin d’être barbante, Clémentine Delait n’a jamais eu honte de sa caractéristique physique. Au contraire, elle prenait grand soin de sa pilosité. Appréciée et populaire, elle était aussi une femme à poigne, une "sacrée mâtine" qui tenait

01/11/17

Une recension de Remplacer l'humain par Sébastien Navarro dans CQFD.

« Un bel uppercut qui dézingue l'emprise numérique. »

01/11/17

Une recension de Le Néant et le politique à lire dans La Décroissance.

« Une analyse décapante du phénomène Macron. »

27/10/17

Un article de Roger-Pol Droit sur Le Néant et le politique dans Le Monde des Livres.

« De discours officiels en commentaires médiatiques, on célèbre l'évanouissement de la politique. Sans qu'on entende beaucoup de refus critiques de cette éviction. Sans que les philosophes se bousculent pour en dénoncer les dangers et en

22/09/17

Une recension du livre Le Néant et le politique par Jean Rouzaud.

« Si par hasard, vous considérez le macronisme comme une épidémie brutale qui a contaminé le pays à une vitesse supersonique, alors lisez ce livre, c’est l’antidote le plus puissant que j’ai trouvé. »

À lire en intégralité sur le site de

06/09/17

Entretien d'Éric Sadin par Patrick Chesnet dans Charlie Hebdo.

« Dans son dernier livre, La Silicolonisation du monde. L'irrésistible expansion du libéralisme numérique, l'auteur explore l'obsession d'une industrie à régenter, "silicoloniser" le monde. Pour notre "supposé bien-être..." »

03/07/17

Recension par Charles Jacquier dans Le Monde diplomatique.

« Ce livre issu d’un colloque tenu à la Bibliothèque nationale de France en 2013 en parallèle à l’exposition "Guy Debord. Un art de la guerre" permet de lire autrement l’auteur de La Société du spectacle grâce à la publication d’inédits,

22/06/17

Bernard Morlino parle du Désert des ambitions dans Le Magazine littéraire.

« Ardent mémorial pour le sphinx du café de Flore. »

18/05/17

Un article de Catherine Segala dans l'Anticapitaliste.

« Comment écrire sur celui qui n’a rien fait et rien voulu ? Christin a tissé des textes de Cossery, des réflexions sur la vie des héros Cossériens, et le lecteur voit apparaître le portrait d’un être exceptionnel qui a vécu toute sa vie

10/05/17

Recension publiée dans la revue S!lence.

« Un livre riche de questions sur les enjeux de ce nouveau régime artistique. »

29/04/17

Un article de Linda Lê à découvrir dans En attendant Nadeau.

« L’essai de Rodolphe Christin est aussi bien la confession d’un lecteur qu’un portrait d’Albert Cossery en jeune fainéant, en contemporain de Cioran et de Debord, en amoureux des beautés à peine pubères, en vieil alchimiste, en écrivain

26/04/17

Recension dans Philosophie Magazine.

« Cette anthologie des pionniers de la notion de décroissance dessine une large galaxie, de Günther Anders à Simone Weil, en passant par Orwell, Thoreau ou Tolstoï. Elle a ainsi le grand mérite d’orienter vers l’éthique un débat souvent

25/04/17

Long article publié dans Marianne.

« Des esprits à la lucidité alarmée venus d'univers très variés, tous conscients du fait qu'on ne peut pas croître de manière infinie dans un monde fini. »

03/04/17

Article par Nicolas Tellop dans Le Magazine littéraire.

« Avec Donald Freeman à la scénarisation et Norman Pett au dessin (connu pour avoir créé la pin-up Jane), le récit conserve toute sa vigueur et sa portée. Fidèle, le découpage en strips combine la vitalité zoomorphique des personnages avec

26/03/17

Thomas Chauvineau parle du Désert des ambitions dans sa chronique sur France Inter.

08/03/17

Recension par Pierre Charrel dans BoDoï.

« Historique, la réédition de cette adaptation en bande dessinée de La Ferme des Animaux datant de 1951 l’est à plus d’un titre ! Il s’agit en effet de la toute première transposition pour le 9e art du classique de George Orwell. »

11/02/17

Un article publié par Michel Pourcelot.

« Nouvelle attaque en règle contre l’art contemporain, le livre d’Alain Troyas et Valérie Arrault Du narcissisme de l’art contemporain en démonte les figures imposées et pointe ses bulles spéculatives. »

Pour lire l'article en entier : http

09/02/17

Bel article de Carlos Pardo dans Le Monde diplomatique.

« L’ancien résistant, toujours aussi franc-tireur et farceur, convaincu que tout se passe au zinc, traverse la ville selon son humeur, mû par le goût de l’insolite, et conte l’histoire des cafés et des quartiers, qu’il se plaît à restituer,

01/02/17

Recension de Troquets de Paris dans Télérama.

« Ce livre à la typo lie-de-vin s'ouvre comme une bonne boutanche. Bonheur de retrouver la prose imagée de Jacques Yonnet. L'auteur de l'incomparable Rue des Maléfices nous revient avec soixante chroniques bistrotières parues en 1961 et

06/01/17

Chronique de Vincent Giret dans Le Monde.

« Un livre pénétrant. »

20/12/16

Recension par Jean-Luc Germain dans Le Télégramme.

« Dans ce florilège des meilleurs articles de Jacques Yonnet, le vin des rues coule à flot, les anecdotes pétillent, les personnages les plus variés se mettent à la table de la mémoire pour raconter, le plus souvent en de délicates

20/12/16

Recension par Jean-Luc Germain dans Le Télégramme.

« Dans ce florilège des meilleurs articles de Jacques Yonnet, le vin des rues coule à flot, les anecdotes pétillent, les personnages les plus variés se mettent à la table de la mémoire pour raconter, le plus souvent en de délicates

09/12/16

Long article sur La Silicolonisation du monde par Mark Hunyadi dans Le Temps (Suisse).

« On ne saurait tarir d’éloges devant le livre d’Éric Sadin et son opération de décryptage historique, philosophique, économique, idéologique, sociologique, rhétorique de la révolution numérique que nous vivons. Il fait partie avec d’autres

01/12/16

Recension par Noël Godin dans Siné Mensuel.

« Lire Debord, agencé par Emmanuel Guy et Laurence Le Bras, n’est pas le Debord de trop. C’est d’abord qu’on y a droit à 200 pages de notes inédites de l’implacable agitateur qui ne sentent pas le fond de tiroir. Parmi leurs points d’orgue 

17/11/16

La recension de La Silicolonisation du monde par Roger-Pol Droit dans Le Monde des Livres.

« La révolution numérique ne cesse de le répéter : elle rend le monde meilleur. Tout va mieux, à tous points de vue, de jour en jour, comme le voulait la méthode Coué. Mieux informé, mieux soignés, mieux orientés, mieux distraits, mieux

29/10/16

Troquets de Paris à l'honneur dans "Mauvais Genres" sur France Culture.

« Grand sourcier du fantastique urbain et écumeur de zincs, historien-conteur, journaliste et dessinateur, Jacques Yonnet reste l'homme d'un livre : Rue des Maléfices, publié en 1949 chez Denoël et véritable légendaire du Paris popu, de

26/10/16

Recension par Émilien Bernard dans Le Canard enchaîné.

« C'est le genre de personnages qu'il aurait fallu rencontrer au fond d'un vieux bistrot parisien, discourant entre poire et dessert sur la destruction des Halles ou sur les vieux métiers disparus, distillant ses anecdotes comme d'autres

26/10/16

Long entretien d'Éric Sadin par Jean-Marie Durand et Anne Laffeter dans Les Inrocks.

« Spécialiste des questions numériques, le philosophe s'interroge sur l'emprise grandissante du technolibéralisme. »

23/10/16

La Silicolonisation du monde à l'honneur dans l'émission "Le Club des idées" de Laurence Luret.

21/10/16

Grand entretien d'Éric Sadin par Jean-Christophe Féraud dans Libération.

« Mythe de la start-up, précarisation des travailleurs, dépossession des capacités créatrices... Le philosophe Éric Sadin dénonce les ravages de la vision du monde propagée par le "techno-libéralisme". »

19/10/16

La Ferme des animaux dans dBD Magazine.

« Un document historique exceptionnel qui dépasse de loin sa visée contre-révolutionnaire, et démontre à quel point le texte de George Orwell est plus que jamais d'actualité. »

03/10/16

Avant-critique de Troquets de Paris par Laurent Lemire dans Livres Hebdo.

« Dès la première ligne, le style vous prend, vous êtes parti. [...] Comme chez Vialatte surgit une érudition vagabonde. L'histoire, les légendes, les mystères avancent à sauts et à gambades. D'un bistro à une librairie, le "remettez-nous